Le MAP, un laboratoire pluridisciplinaire et multi-sites

Auteurs :  Gilles Halin et Livio De Luca_

Le laboratoire MAP (Modèles et simulations pour l’Architecture et le Patrimoine) est une Unité Mixte de Recherche (UMR) associant le CNRS et le Ministère de la Culture et de la Communication. Réunissant architectes, ingénieurs, historiens, informaticiens dans le cadre d’une approche interdisciplinaire et considérant l’architecture comme pratique et objet de connaissances, les travaux du laboratoire portent sur l’élaboration de modèles et d’outils de simulation en architecture, celle-ci étant regardée dans ses dimensions patrimoniales et projectuelles.

Une structure historiquement multi-sites

L’UMR MAP a été créée en janvier 1998 à l’initiative du laboratoire GAMSAU de l’ENSA de Marseille. Cette UMR a fédéré jusqu’au 1er janvier 2010, quatre équipes des ENSA (AIRA de Lyon, ASM de Toulouse, CRAI de Nancy, GAMSAU de Marseille) et l’équipe PAGE de l’INSA de Strasbourg.

Entre 2010 à 2011, l’évolution du laboratoire MAP est marquée par deux modifications importantes : l’extinction de l’équipe ASM à l’ENSA de Toulouse et le départ de l’équipe PAGE dans le cadre de la restructuration universitaire strasbourgeoise. Suite à cette réduction du périmètre du laboratoire et afin de renforcer son dynamisme, le laboratoire MAP s’est enrichit par l’intégration d’une nouvelle équipe de recherche: le Maacc de l’ENSA de Paris La Villette.

 Ainsi, depuis janvier 2012, le MAP fédère quatre équipes de recherche rattachées respectivement aux ENSA de Lyon, Marseille, Nancy, et Paris :

–   le MAP-Aria (Applications et Recherches en Informatique pour l’Architecture),

–   le MAP-Gamsau (Groupe de recherche pour l’Application des Méthodes Scientifiques à l’Architecture et à l’Urbanisme),

–   le MAP-Crai (Centre de Recherche en Ingénierie et Architecture),

–   le MAP-Maacc (Laboratoire de Modélisation pour l’Assistance à l’Activité Cognitive de La Conception).

les équipes du MAP en France

Un projet scientifique fédérateur

Conséquence de la récente restructuration du laboratoire, deux axes de recherche encadrent le projet scientifique du laboratoire. Les objectifs définis dans ces axes sont issus des résultats apportés par les différents travaux de recherche accumulés, depuis de nombreuses années, par les équipes qui composent le laboratoire.

AXE #01// Modèles, méthodes et outils pour l’étude du bâti patrimonial

Le premier axe s’intéresse aux modèles, méthodes et outils pour l’étude du bâti patrimonial. Il s’agit ici d’observer, de modéliser, de décrire, d’analyser et de comprendre le bâti patrimonial en manipulant, au travers d’outils de visualisation et d’analyse spatio-temporelle, des modèles numériques issus de systèmes d’acquisition laser ou de photomodélisation et enrichis grâce à une modélisation paramétrique et une caractérisation sémantique des objets architecturaux représentés. Trois thèmes structurent cet axe :

  • le premier thème s’intéresse au relevé, à la restitution géométrique et à la caractérisation sémantique des formes architecturales. Il se concentre sur la définition de méthodes de relevé et de représentation architecturale innovantes intégrant des technologies d’acquisition de données spatiales, des approches de caractérisation sémantique des données tridimensionnelles ainsi que des solutions pour la restitution géométrique des formes architecturales basées sur des modèles paramétriques.

Relation spatiale et projective entre des images photographiques et une représentation 3D

  • Le second thème porte sur l’analyse, la structuration et la visualisation d’informations et de connaissances tenteront de répondre, par la (les) pratique(s), à certains des enjeux soulevés par l’introduction de nouvelles technologies dans l’étude du bâti patrimonial (nommément, et en particulier, sur l’identification, l’acquisition et la représentation de données métriques pertinentes, sur la structuration, l’interfaçage et la visualisation d’informations à propos du bâti et de ses évolutions, sur sa contextualisation historique et géographique, sur sa lisibilité comme individu au sein d’une collection, c’est à dire sur une chaîne d’activités allant du recueil de données à la valorisation)

Interface pour l’analyse comparative des théâtres antiques en Europe

  • La définition de dispositifs multi-modaux pour la simulation, la consultation et la valorisation constitue l’objectif du troisième thème. Il s’agit de concevoir et de développer des systèmes d’analyse et de consultation permettant la diffusion et le partage des représentations numériques d’édifices patrimoniaux au sein des communautés scientifiques et professionnelles reliées aux problèmes de la conservation, de la restauration et de l’aménagement du patrimoine ainsi que de dispositifs de présentation pour la valorisation auprès du grand public.

Une base de données iconographiques spatialisées au sein d’une représentation 3D

AXE #02// Définition de modèles et mise en œuvre d’environnements numériques dédiés à la conception architecturale, urbaine et paysagère

Le deuxième axe porte sur la définition de modèles et la mise en oeuvre d’environnements numériques dédiés à la conception architecturale, urbaine et paysagère. Cet axe est organisé autour de trois thèmes : deux portant chacun sur l’étude d’une forme d’assistance à une activité de la conception et un thème où la conception est interrogée sous l’angle du développement durable.

  • L’assistance aux activités cognitives de la conception est abordée sous trois aspects : l’esquisse architecturale assistée par ordinateur, les processus génératifs pour l’aide à la conception et à la décision et l’appropriation des outils numériques par les architectes et ses conséquences sur l’activité cognitive de la conception.

Projet Eccogen (Eco-conception générative), étude d’interface utilisateur

  • L’assistance aux activités collectives de la conception à la réalisation est étudiée en questionnant à la fois les modèles et les processus à mettre en oeuvre pour assurer un continuum numérique entre la conception, la fabrication et la construction, mais aussi les méthodes de conception de services de visualisation et de multi-visualisation pour proposer à chacun des acteurs la forme de visualisation la plus adaptée à son usage.

Projet Movi’Act : Multi-vues et services de visualisation d’un contexte coopératif

  •  L’assistance à la conception étudiée sous l’angle du développement durable a pour objectif de proposer des méthodes et outils qui permettent de prendre en compte, dès les étapes initiales du projet, à la fois les différents aspects environnementaux (la lumière, la thermique, etc.) mais aussi d’évaluer plus globalement les performances environnementales des projets afin de guider le concepteur dans ses décisions.

Projet DayLight’Gen : De l’intention à la simulation

De la recherche à l’enseignement de la recherche

La dimension pluridisciplinaire des activités de recherche du MAP permet aux chercheurs et enseignants chercheurs du laboratoire d’intervenir depuis de nombreuses années à la fois dans le cadre de formations du LMD hébergées par les ENSA de Lyon, Marseille, Nancy et Paris mais aussi au sein d’autres établissements d’enseignement et principalement dans les universités locales. Ainsi les membres du laboratoire sont impliqués dans différents enseignements de niveau master dont certains sont co-habilités avec les ENSA et qui permettent la poursuite en thèse.

–       le DPEA Culture Numérique et Patrimoine Architectural (ENSA de Marseille)

–       le Master Sciences de l’Information et des systèmes (Université de Provence, Université de la Méditerranée, Université Paul Cézanne, ENSAM, CER d’Aix-en-Provence, Université du Sud, Toulon – Var),

–       le Master Design Global et sa spécialité Architecture Modélisation Environnement (Université de Lorraine, ENSA de Nancy et Strasbourg, Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries de Strasbourg),

–       le Master Ingénierie de la Mesure et de l’Image et sa spécialité Interactivité et Nouvelles Images  (Université de Lorraine, ENSA de Nancy),

–       le Master Architecture, Bois, Construction  (Université de Lorraine, Ecole Nationale des Sciences, Techniques et Industries du Bois, ENSA de Nancy et Strasbourg),

–       le Master Sciences Cognitives et ses Applications  (Université de Lorraine),

–       le Master MIAGE, Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises  (Université de Lorraine),

–       le Master Informatique et Innovation (Université de Lorraine, CRP Henri Tudor du Luxembourg, Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur).

–       Le Mastère Spécialisé Espaces Virtuels Avancés (Arts et Métiers ParisTech, Chalon-sur-Saône et Cluny), diplôme accrédité par la conférence des grandes écoles.

Chacune des équipes du MAP est insérée dans le contexte universitaire local et intégrée  à des écoles doctorales : Sciences des Métiers de l’Ingénieur (ED n°432, Arts et Métiers ParisTech) ; Ville, Transports et Territoires (ED n°528, Université Paris-Est), Informatique, Automatique, Electronique, Electrotechnique (ED n°0077 : IAEM, Université de Lorraine). Cette intégration offre au laboratoire une capacité d’accueil de doctorants répartie sur les différents sites.  Actuellement 16 doctorants participent aux travaux du laboratoire.

Une pluridisciplinarité orientée vers l’interdisciplinarité  

En relation directe avec le projet scientifique, les actions de l’UMR MAP se concrétisent sous la forme d’activités intégrées positionnant le laboratoire comme un acteur principal en France en matière d’informatique appliquée à l’architecture. Cela est mis en oeuvre par une politique d’animation exploitant le caractère pluridisciplinaire du laboratoire, sa capacité à former de jeunes chercheurs et son implication en matière de diffusion de l’information scientifique et technique au sein des communautés concernées. Différentes expériences ont été menées dans le cadre de partenariats régionaux, nationaux et internationaux relevant de collaborations scientifiques, du transfert de technologies vers le milieu professionnel ou du déploiement des travaux au sein d’institutions dédiées à la conservation, à la documentation comme à la mise en valeur de l’architecture. Enfin, le laboratoire a constitué une plateforme technique de tout premier plan, outil de travail renforçant le potentiel de questionnement scientifique de l’équipe, sa capacité d’intervention et son attractivité comme structure d’accueil.

Une plateforme technique pour l’acquisition numérique et pour étudier l’activité de conception architecturale

 

Pour citer cet article

Gilles Halin et Livio De Luca, « Le MAP, un laboratoire pluridisciplinaire et multi-sites », DNArchi, 14/11/2012, <http://dnarchi.fr/pedagogie/le-map-un-laboratoire-pluridisciplinaire-et-multi-sites/>

 

2 total comments on this postSubmit yours
  1. Bonjour, je suis enseignant à l’université abou bekr belkaid tlemcen, Algérie et je suis ici en France pour une courte durée et j’aimerai bien avoir accés à votre laboratoire de recherche qui ma tiré mon attention c’est l’axe de recherche Modèles, méthodes et outils pour l’étude du bâti patrimonial qui s’intéresse au relevé, à la restitution géométrique et à la caractérisation sémantique des formes architecturales, parce que j’enseigne la matière technique de relevé architectural.
    et merci d’avance.

    • Bonjour, Merci pour votre intérêt ! N’hésitez pas à contacter directement le MAP sur ce mail direct : map@map.archi.fr

Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 2.0 France.
Designed by WPSHOWER
Powered by WordPress
Image de fond: Taichi SUNAYAMA www.whiteweekendkites.com